Toxi•City: A Climate Change Narrative

Toxi•City est un film combinatoire (combinatory film) réalisé par Scott Rettberg et Roderick Coover qui développe un scénario de désastre environnemental spéculatif, mêlant documentaire et narration fictive. Rettberg et Coover tentent d’imaginer les transformations environnementales des rivages de l’est des États-Unis et leurs conséquences sur la vie de ses habitant.e.s. Le film est combinatoire en ce sens qu'il se construit à l’aide de codes informatiques en puisant de manière aléatoire dans une base de données de plus de 130 minutes de contenu, changeant de configuration à chaque fois qu’il est présenté. La bande annonce est ainsi un échantillon des possibilités figuratives de Toxi•City, le film pouvant être programmé en fonction de différentes durées. Le film agence, sous forme panoramique, des images de la quotidienneté de la vie riveraine avec des narrations personnelles imaginées dans le futur rapproché de l’an 2020, témoignant de la réalité des communautés urbaines à la suite de graves catastrophes naturelles.

Dû à son mode de construction, la narration de Toxi•City est fragmentée, composée de six différent.e.s narrateurs.trices, soit un pêcheur qui cherche à trouver une nouvelle manière d’exploiter les eaux de la rivière devenues toxiques, une jeune femme qui a décidé de quitter la sombre réalité riveraine après avoir perdue son emploi et ses parents, un secouriste de la FEMA (Federal Emergency Management Agency) confronté aux limites de sa bonne volonté, une femme qui lutte à reconstruire sa communauté, un éleveur de porcs qui tire profit de l'émergence d'une économie nouvelle, un adolescent confronté à sa maladie, à celle de sa mère et au désir de retourner au monde d’avant les changements climatiques. Ces narrations fictives sont développées à partir d’évènements réels qui ont eu lieu lors de récentes tempêtes de la côte américaine, dont l’ouragan Sandy de 2012, et de prédictions environnementales propres à la baie du Delaware et aux côtes du New Jersey et de New York.

Le caractère fictionnel de Toxi•City semble de plus en plus rattraper le réel alors qu’en septembre 2017, des dégâts environnementaux aux conséquences économiques et sociales historiques sont causés par les ouragans Harvey et Irma dans le sud des États-Unis. L'oeuvre de Rettberg et Coover, en usant d'un mode de construction qui se renouvelle constamment en une panoplie de variations narratives et d'agencements entre le visuel et le sonore, reste ainsi ouverte aux possibilités et aux fatalités de l'actualité. Fractionnée et aux multiples points de vue, Toxi•City conserve ainsi les brèches qui lui permet d'intégrer le réel. 

Pour citer
Marsolais-Ricard, Charles. 23 septembre 2017. « Toxi•City: A Climate Change Narrative, par Coover, Roderick et Scott Rettberg ». Fiche dans le Répertoire des arts et littératures hypermédiatiques du Laboratoire NT2. En ligne sur le site du Laboratoire NT2. <http://nt2.uqam.ca/fr/repertoire/toxicity-climate-change-narrative>. Consulté le 22 octobre 2017.