Séparation

Auteur·e·s: 

La «Séparation» est une application d'écriture poétique développée sous la direction de Pierre Fourny (ALIS), Serge Bouchardon (Université Technologique de Compiègne) et Hélène Caubel (ALIS)1. Le lecteur peut y expérimenter la poésie à 2 mi-mots, inventée par Pierre Fourny, qui joue des potentialités visuelles et sémantiques de la typographie2.

Plus précisément, la poésie à 2 mi-mots «s'intéress[e] […] à la manipulation et au détournement des lettres de notre alphabet, aux mots, à l'écriture et la lecture dans un contexte contemporain hyper-médiatique qui tend à bouleverser leur usage» (http://www.alis-fr.com/site/). 

Si la compagnie ALIS a déjà imprimé, exposé, mis en scène la poésie à 2 mi-mots, l'application propose à chacun de s'approprier l'emploi de la «police coupable ». Cette dernière «permet[...] de couper les mots en deux horizontalement et d'associer la moitié obtenue à une autre moitié pour former un nouveau mot» (http://i-trace.fr/2013/separation/alis/projet.html).

La «Séparation» sollicite alors le lecteur selon trois temps et trois espaces. «Labo» est l'espace de création de poèmes à l'échelle d'un mot; «Éditeur» celui d'écriture de poèmes sur plusieurs lignes; «Salon» l'espace de conservation et de partage. Dans les deux premiers espaces, le lecteur est d'abord invité à rédiger un terme. Il sélectionne ensuite un second mot parmi les propositions générées, et obtient ainsi une combinaison qu'il peut animer. L'application impose alors des gestes insolites au lecteur: il doit couper, faire glisser les mots, provoquer des aller-retour textuels pour passer d'un mot à l'autre et fabriquer du sens.

La «Séparation» s'inscrit au carrefour des expérimentations oulipiennes et d'une «esthétique du poème minuscule […] [qui] tirerait partie de la force et du mouvement procuré par une économie de mots et d’espace, aux limites du dire, au plus proche de l’instant» (Bataillon, 2011). Le mouvement, le passage physique d'un mot à l'autre y est essentiel dans la mesure où il suspend le sens avant de le reconfigurer. Mais l'application confronte aussi le lecteur aux apories typographiques des mots: ce dernier est continuellement rattrapé par les contraintes formelles qui le détournent souvent de son inspiration initiale et ouvrent de nouveaux horizons.

Pour citer
Kergourlay, Gwendolyn. 2 février 2016. « Séparation, par Bouchardon, Serge, Pierre Fourny et Hélène Caubel ». Fiche dans le Répertoire des arts et littératures hypermédiatiques du Laboratoire NT2. En ligne sur le site du Laboratoire NT2. <http://nt2.uqam.ca/fr/repertoire/separation-0>. Consulté le 18 octobre 2017.