Romuald et le tortionnaire

Auteur·e·s: 

Avec son œuvre Romuald et le tortionnaire, Tony (nom d'artiste d'Anthony Rageul) nous présente une vision ludique, sarcastique et fataliste du mode de vie occidental. En fait, l’internaute se voit donner le rôle du tortionnaire qui doit déstabiliser la vie du protagoniste. Utilisant l’esthétisme minimal des silhouettes de panneaux signalétiques, l’œuvre emprunte la forme d’une bande dessinée interactive où deux fils narratifs se superposent: la vie ordinaire de Romuald et son autre existence, contrôlée par le tortionnaire.

L’œuvre est divisée en six tableaux. Le premier d’entre eux représente un amalgame de souvenirs de la vie de Romulad sous la forme d’icônes signalétiques. En glissant son curseur sur ces icônes, des liens s'affichent, rassemblant ainsi les souvenirs disparates de Romuald en un tout cohérent. On y voit le moment où il a rencontré sa femme, où il est parti en voyage, où son fils a quitté la maison, etc. Le deuxième tableau est le moment où le tortionnaire – l’internaute – commence à modifier les éléments des fils narratifs du premier tableau, toujours en glissant son curseur sur les cases de la bande dessinée: Romuald rencontre sa femme, mais elle ne l’aime pas; son fils quitte la maison, car il ne veut pas être mangé par ses parents, etc. Les situations deviennent de plus en plus loufoques au fil des tableaux subséquents. Romuald prend même conscience que quelqu’un joue avec sa vie et se cache à travers ses souvenirs afin que le tortionnaire ne puisse le retrouver. Cependant, il ne peut s’en sortir et décide de mettre fin à ses jours.