• L'un pour l'autre (navigation filmée #1)

L'un pour l'autre

Auteur·e·s: 

L’un pour l’autre est une œuvre d’inspiration minimaliste d’Alexis Nema, pseudonyme du réalisateur français indépendant Alexis Amen. Lorsque l’internaute accède à l’œuvre, deux carrés apparaissent à l’écran: l’un est blanc (celui de gauche) et l’autre est noir (droite). Le titre de l’œuvre est aussi brièvement visible, divisé en trois parties: «l’un», sur le carré blanc; «pour», dans l’espace qui sépare les deux carrés; et «l’autre», sur le carré noir. Le fond de l’écran est quant à lui d’un rouge assez foncé. Dès que le titre s’efface, l’internaute peut choisir l’un des deux carrés en cliquant sur celui-ci. Le curseur de sa souris disparaît alors et un grondement se fait entendre, inquiétant. Dès lors, les mouvements de la souris de l’internaute déterminent les déplacements du carré sur lequel il a cliqué – le carré devenant, en quelque sorte, l’avatar de l’internaute. En approchant les deux carrés l’un de l’autre, l’internaute s’aperçoit que le carré noir gruge le carré blanc lorsqu’ils se touchent. L’effet est toujours le même, que l’internaute ait choisi le carré blanc comme avatar ou le carré noir. Ultimement, au fil des contacts qui se multiplient, le carré blanc finit par s’effacer complètement. Le carré noir demeure seul à l’écran pendant quelques instants, puis les deux carrés regagnent leur position initiale et le titre réapparaît, l’expérience pouvant être répétée encore et encore et encore.

D’une part, au niveau esthétique, l’œuvre de Nema reprend rigoureusement les codes visuels de la peinture minimaliste américaine, s’inscrivant dans la continuité d’une tradition artistique datant du début des années 1960. Pour reprendre la définition d’Edward Strickland: «In its simplest definition, Minimalism is a style distinguished by severity of means, clarity of form, and simplicity of structure and texture»(Strickland, 1993:1-14). Les couleurs sont unies, sans texture, et contrastées; les formes sont simples, privilégiant les lignes pures (ici, le carré) (Colpitt, 1990); les effets visuels sont limités au strict minimum (effritement grossier en «pixels» géants). De plus, la répétitivité de l’expérience (retour constant des deux carrés) souligne la «résistance au développement» (Strickland, 1993) typique de l’approche minimaliste qui favorise la stase plutôt que l’évolution. La musique elle-même, réduite à un bourdonnement mécanique, rappelle les expérimentations de la musique industrielle minimaliste, développée dans les mêmes années.

D’autre part, l’expérience à laquelle nous convie Nema demeure porteuse d’une réflexion intéressante sur la condition humaine. Les deux carrés, appelés l’«un» et l’«autre», ne peuvent se toucher sans se détruire. Le contact de l’altérité entraîne la dissolution de l’être, le singulier étant exposé à ce qui lui est irréconciliablement autre, extérieur. La véritable rencontre, le mélange ou l’échange, n’ont jamais lieu: le mouvement de l’un vers l’autre est un mouvement de destruction, d’anéantissement. Qui plus est, cette destruction n’est jamais finale mais cyclique, un nouvel «un» réapparaissant toujours devant l’«autre», prêt à recommencer le ballet de mort qui les unit momentanément. La simplicité de la forme minimaliste dépouillée de l’œuvre n’offre à l’internaute aucun refuge contre la violence, qui se présente entière à l’œil, sans détour. À ce sujet, nous pouvons d’ailleurs nous interroger sur le choix du titre: ce «l’un pour l’autre» étrange réfère-t-il à ce que l’autre représente pour soi? L’autre est-il cette menace dont, toujours, nous craignons la force destructrice?

Bref, L’un pour l’autre est une œuvre doublement intéressante pour sa portée esthétique et son côté philosophique. Pris dans la contemplation de ce mini-récit cyclique sans issue, l’internaute finit par se perdre dans l’œuvre, saisissant peu à peu la signification funeste du rouge de sang servant de toile de fond à la danse de ces êtres singuliers.

Pour citer
Gauthier, Joëlle. 31 mai 2010. « L'un pour l'autre ». Fiche dans le Répertoire des arts et littératures hypermédiatiques du Laboratoire NT2. En ligne sur le site du Laboratoire NT2. <http://nt2.uqam.ca/fr/repertoire/lun-pour-lautre-0>. Consulté le 22 octobre 2017.