• Des Fleurs (navigation filmée #1)

Des Fleurs

Auteur·e·s: 

Des Fleurs est un projet réalisé par Reynald Drouhin de 2001 à 2003. L'oeuvre repose sur la création de portraits en forme de mosaïques créés à partir d'une base de données de 400 images de fleurs prélevées sur le Web. La matrice visage qui forme la base de l'oeuvre est composée de sept portraits des membres d'incident.net, soit Grégory Chatonsky, Philippe Dabasse, Karen Dermineur, Marika Dermineur, Reynald Drouhin, Julie Morel et Michael Sellam.

Quand l'internaute entre dans l'oeuvre, il aperçoit en premier lieu les sept portraits s'enchaîner en fondu. Dès qu'il passe le curseur de la souris sur l'image, il voit leur succession s'accélérer. Une voix émerge alors, répétant en boucle: un peu... beaucoup... à la folie... pas du tout... Les images passent devant l'internaute comme s'effeuille une marguerite. Si l'internaute clique sur l'image, une phrase apparaît furtivement, presque illisible, et la mosaïque se met en mouvement, donnant une impression de grouillement. Cette impression est d'ailleurs accentuée par le fond sonore qui accompagne l'oeuvre et qui est principalement composé de chants d'oiseaux et de bruits d'insectes. Si l'internaute clique de nouveau, l'image se fige sur un des portraits et la voix off se met à prononcer une liste de mots qui, dans leur succession, constituent presque des phrases ou du moins semblent parfois posséder quelque sens.

L'oeuvre, entre bruit et silence, entre mouvement et stabilité, semble aussi offrir une réflexion sur le rapport entre la nature et la technologie. Empreinte d'une certaine fraîcheur poétique grâce à la conception des mosaïques à partir de fleurs, l'oeuvre bascule cependant dans une certaine forme de monstruosité par le kaléidoscope polymorphe et pixellisé que constituent ces portraits en mutation, enchaînés jusqu'à ce qu'ils se confondent: «Cette fusion est ignoble, contre nature, non-définie, en mouvement perpétuel. Un visage émerge, homme ou femme. Insectes, mouches, oiseaux fourmillent en fond sonore. Une voix récite des mots, un à un, formant des phrases aléatoires. "à la folie acarien accouple actualise adore agite agonie aime allume anus (...) végète vend verge vide viole virginité vit voit vole vous vulve."» (http://www.incident.net/works/desfleurs/readme.html)

Des Fleurs, dans la tension entre poésie et monstruosité qui la caractérise, n'est pas sans rappeler l'oeuvre d'Arcimboldo qui composait aussi des portraits tirant parfois vers le monstrueux, à partir d'éléments composites et souvent naturels.

L'oeuvre a aussi fait l'objet d'une installation lors de l’exposition Natural / Digital, proposée par numeriscausa du 26 mai au 3 juillet 2005. L'oeuvre, projetée au sol, formait un tapis fleuri sur lequel pouvait marcher le spectateur, activant ainsi les différents modes de défilement des images ainsi que les différentes trames sonores.

Pour citer
Guilet, Anaïs. 31 août 2009. « Des Fleurs, par Drouhin, Reynald ». Fiche dans le Répertoire des arts et littératures hypermédiatiques du Laboratoire NT2. En ligne sur le site du Laboratoire NT2. <http://nt2.uqam.ca/fr/repertoire/des-fleurs-1>. Consulté le 22 octobre 2017.