• Days In A Day (navigation filmée #1)

Days In A Day

Auteur·e·s: 

Réflexion sur la vie dans une mégapole, Days In A Day propose à l'internaute un parcours dans une ville dont chaque étape est identifiée par une heure de la journée ainsi qu’un lieu sur la carte de l’œuvre. Un personnage nommé Brown assure la narration de l'introduction et commente l'ampleur démesurée de la ville et les milliers d'individus qui s’y côtoient dans une apparente solitude, offrant un aperçu de la teneur de l'œuvre.

La ville est le thème central de Days In A Day. En introduction, nous pouvons reconnaître le centre-ville de Montréal, mais des images de plusieurs métropoles sont utilisées afin de meubler la X-city, cette ville fictive dans laquelle l'internaute se déplace. Des emprunts au mangaka Katsuhiro Otomo, reconnu pour sa précision dans le dessin de ses bâtiments, ajoutent à la démesure des espaces urbains utilisés dans l'œuvre.

Chaque tableau porte un titre différent et présente une interface qui nécessite une exploration de la part de l'internaute, ajoutant un aspect ludique et participatif à l'œuvre. À la manière d'une énigme dans un jeu vidéo, l'activation de plusieurs icônes permet de dévoiler des images cachées, introduit une nouvelle bande sonore ou produit des changements chromatiques spectaculaires. La musique employée en bande sonore, essentielle à l'ambiance de chacun des tableaux, est principalement composée d'electronica, ce qui cadre parfaitement avec l'esthétique technologique de Days In A Day.

La vie urbaine est présentée comme aliénante, solitaire, inductrice de paranoïa, cacophonique et chaotique. Le seul tableau présentant une forme d'apaisement est intitulé « nature », et l'activation d'une icône rompt cette quiétude lorsque le paysage bucolique est recouvert par un mur de béton. Des personnages se croisent sans parvenir à se parler, des feux sont impossibles à éteindre malgré tous nos efforts, et les photographies d'une femme rencontrée fugacement ne peuvent être perçues avec netteté, étant soit trop sombres soit trop éclairées, l'équilibre entre ces deux extrêmes se révélant difficile à atteindre. La population et les véhicules défilent à toute vitesse, seul un arbre en constate les déplacements dans le silence et l'immobilisme.

À mesure que l'internaute progresse dans l'œuvre, un "notebook" se remplit peu à peu. Il est constitué de deux pages, l'une où l'on retrouve le titre du tableau visité et une image extraite de celui-ci présentée comme une photographie de polaroïd, l'autre où l’on peut trouver des citations tirées de différents médias ayant un rapport direct ou non avec le thème du tableau. Ces citations ont ceci en commun qu'elles renvoient aux affres de la vie en ville et de la cohabitation difficile de ses citoyens. Il faut donc traverser chacun des tableaux pour atteindre la fin du récit et accéder à la dernière citation de Brown. Ludique, admirablement bien réalisée et d'une beauté spectaculaire, Days In A Day est une œuvre qui encourage et récompense son exploration complète.

Pour citer
Gaudette, Gabriel. 28 septembre 2008. « Days in a day ». Fiche dans le Répertoire des arts et littératures hypermédiatiques du Laboratoire NT2. En ligne sur le site du Laboratoire NT2. <http://nt2.uqam.ca/fr/repertoire/days-day-0>. Consulté le 23 octobre 2017.