• das buch gertrud (navigation filmée #1)

das buch gertrud

Auteur·e·s: 
das buch gertrud est un hommage en deux parties à la mémoire de Gertrude Stein, poétesse, écrivaine, dramaturge et féministe née aux États-Unis en 1874 et décédée à Paris en 1946. Dans la première partie de l’œuvre, l'internaute est invité à explorer trois environnements différents constitués de séries de mots disposés de façon à former divers motifs que l'internaute peut modifier à chaque clic de souris. Ces trois environnements explorent les thèmes de la mémoire, de l’héritage poétique de Stein et de la mort, symbolisés par les noms des trois sous-sections: les pierres colorées («bunte steine/coloured stones»), le jardin de roses («rosengarten/rose-garden») et la pierre tombale («grabstein/tombstone»). Notons que la première partie de das buch gertrud est aussi disponible sur le CD-ROM kill the poem. Epitaph Gertrude Stein, la deuxième partie de l’œuvre, a quant à elle été mise sur pied avec l’aide de Johannes Auer. Il s’agit d’un projet collaboratif: l'internaute est invité à composer une épitaphe pour Gertrude Stein à partir de la dernière strophe des Stanzas in Meditation et à soumettre par courriel son texte ou sa collaboration visuelle. (Les règles complètes du jeu sont disponibles en allemand et en anglais sous la rubrique «Spielregeln».) Plusieurs des documents reçus sont affichés en différentes langues sur le site. Pour les épitaphes visuelles, l’ajout d’une fonction créée par Johannes Auer permet, en cliquant sur un lien dans le coin inférieur gauche de l’image («Die Töne»), de convertir l’œuvre visuelle en texte musical (notation musicale alphabétique allemande). En-dehors de das buch gertrud, ce même principe d’hommage collectif (créé en «mail-art») a été repris par Reinhard Döhl et Johannes Auer pour créer un Hommage à Helmut Heißenbüttel (H.H.H.), un «rideau» pour Ernst Jandl (Vorhang für Ernst Jandl) et une page de deuil pour Jirí Kolár (Trauerseite für Jirí Kolár).
 
das buch gertrud a été mis en ligne en 1996 pour le 50e anniversaire de la mort de Gertrude Stein et a été officiellement présenté au public à l’occasion d’une exposition à la mémoire de Stein qui a ouvert à la Galerie Buch Julius le 27 juillet 1996. Cette exposition était elle aussi une création collective: sur les invitations pour le vernissage, la galerie fournissait aussi les instructions aux visiteurs pour soumettre leurs propres contributions. Le but derrière de cette action était de rouvrir, à partir de l’œuvre de Stein, un dialogue artistique international (Döhl, 1996). Il faut dire que les premiers textes qui constituent das buch gertrud ont été écrits par Döhl vers 1965-1966. Quelques-uns, plus vieux encore, datent même de 1961. (das buch gertrud faisait de plus partie à l’origine d’un projet de trilogie sur le thème des portraits de femmes: «das buch es anna», «das buch gertrud», «das buch heidi».)

Historiquement, cet intérêt de Döhl pour Gertrude Stein demeure indissociable de son affiliation au Groupe de Stuttgart: «Nous préférons une poésie du métissage. Nos critères sont l’expérimentation et la théorie, la démonstration, le modèle, le spécimen, le jeu, la réduction, la permutation, l’itération, le hasard (brouillage et diffusion), la série et la structure» (Bense et Döhl, 1964). En effet, quelque dix ans après la fin de la guerre, les artistes et écrivains allemands étaient à la recherche d’une voie pour rouvrir une littérature malmenée par son passé nationaliste. Lorsque la première traduction allemande de l’œuvre de Stein paraît en 1955, elle tombe à point. Ses affinités avec Picasso, Matisse et Cézanne, ses liens avec le cubisme et ses expérimentations poétiques en font la figure de proue parfaite pour opérer la résurrection de l’avant-garde, thème cher aux jeunes membres du Groupe. Döhl lui-même, en plus de produire une quantité impressionnante de textes poétiques expérimentaux inspirés par Stein (dont certains seront repris dans différentes versions de das buch gertrud), est aussi l’auteur de plusieurs essais critiques à tendances biographiques sur Stein.

Bref, das buch gertrud constitue à la fois un exemple de poésie concrète intéressant pour qui veut explorer les principes esthétiques du Groupe de Stuttgart, une fenêtre sur les imaginaires qui se sont développés autour de la figure de Gertrude Stein et un témoignage précieux du rôle central de Stein dans la renaissance de la littérature d’avant-garde allemande dans la période d’après-guerre.
 
Pour citer
Gauthier, Joëlle. 25 juin 2009. « das buch gertrud ». Fiche dans le Répertoire des arts et littératures hypermédiatiques du Laboratoire NT2. En ligne sur le site du Laboratoire NT2. <http://nt2.uqam.ca/fr/repertoire/das-buch-gertrud-1>. Consulté le 17 octobre 2017.