Accidental Motion – Cinematic Sound [a kind of VJ game]

Auteur·e·s: 

Si Accidental Motion - Cinematic Sound [a Kind of VJ Game] peut être qualifié de soundtoy, il est l’une des seules œuvres du genre faisant un usage important du texte dans l'élaboration du sens de l'oeuvre. Le programme est annoncé dans le titre: il s’agit d’un jeu où sons, images et mouvements seront liés, entreront parfois en collision. L’espace navigable en tant que tel est divisé en trois parties délimitées par une mince bordure grise. Chacune de ces plages porte un titre : motion generator, text generator et sound generator. Sur fond noir, au centre, on trouve le générateur d’images animées ainsi qu’un générateur de texte juste au-dessous. Une colonne à droite de l’écran est réservée au générateur de sons. On notera la présence de différentes figures pixélisées ressemblant à des insectes, accompagnées d’étoiles tournoyantes, qui se déplacent sur toute la surface de l’œuvre. Ces figures se meuvent sur l’écran selon le mouvement du curseur sur le choix de boucles sonores, offertes dans la table de mixage. Les figures pixélisées permettent ainsi d’unifier visuellement la surface de l’œuvre en se fondant dans les diverses images générées lors de la navigation. D’ailleurs, pour chaque boucle sélectionnée (quatre parmi douze, classées en trois groupes), il est possible de changer le volume (master) et l’intensité du son dans le champ stéréo droit ou gauche (panning). D’autres options permettent de taire une boucle ou de la laisser jouer en solo. Une représentation du clavier, dans le coin inférieur droit de l’écran, est aussi disponible pour une navigation avec la souris. Cette option ne permet cependant pas de naviguer de façon aussi fluide qu’avec le clavier. Accidental Motion - Cinematic Sound obéit à une logique de l’immersion. L’internaute devra d’abord apprivoiser, à tâtons, les différents effets des touches du clavier. Plusieurs d’entre elles permettent d'afficher des fragments textuels à l’écran, autoréflexifs, tels que : «This is a subliminal journey», «What is it all about?» ou encore «This is just the beginning». D’autres afficheront des images et feront surgir des sons. Cette œuvre propose à l’internaute de s’improviser VJ, de se prendre au jeu d’agencer image, son et texte (dont l’ordre d’apparition est aléatoire). La capacité de l'internaute à s'adapter à cet environnement sans cesse changeant est important dans la saisie de l'oeuvre et le plaisir qu'il en tire.

 

L'absence d'intrigue à proprement parler dans l'oeuvre de Feuillet pose l'internaute devant un contrat de lecture particulier. L’utilisateur, bien qu’effectuant des choix selon son bon vouloir, ne peut définir un parcours à l'avance puisque les fragments de texte sont affichés de façon aléatoire. Les images animées touchent quant à elles des thématiques hétérogènes, sans cohérence apparente: un insecte à l’allure d’une guêpe et une soucoupe volante ou encore les radiographies d’un crâne et la silhouette d’un félin qui court, par exemple. Le son et les images sont donc ce vers quoi l’internaute tendra pour créer ses liens de lecture car «[s’il] peut parfois avoir le sentiment de tourner en rond, il importe plus, pour lui, de faire des liens tout en se donnant l’impression d’être dans une lecture toujours en cours.» [van der Klei, 2002:292] Qu’importe de tourner en rond lorsqu’il s’agit de musique industrielle, basée sur le principe même de la boucle? Ce que Feuillet propose ici, c'est d'enchaîner les éléments disponibles afin d’en arriver à une expérience esthétique d’abord et avant tout divertissante, comme le fait un vidéo jockey. L’intrigue devient alors possible par l’intervention des médias sonores et graphiques. C’est le rôle du lecteur de justifier ces associations, faiblement motivées dans l’œuvre. L'investissement de la subjectivité de l'internaute est donc nécessaire si ce dernier veut en tirer un maximum de sens.


L'immersion, la recherche d'une intrigue ou d'un sens, est d'abord et avant tout possible dans l'oeuvre de Feuillet par la fluidité du rythme qu'établira l'internaute lors de sa navigation. Cinematic Sound: Dans le titre même de l’expérience que nous propose le concepteur, le son est l'agent liant permettant la continuité. Inversement, Accidental Motion suggère le mouvement accidentel, voire la collision. Le choix des touches qu’on enfoncera sera fait en rapport avec les tonalités que l’on aura sélectionnées dans la table de mixage. Ces choix entraîneront la superpositon des différentes couches d’images, persistant plus ou moins longtemps sur la surface de navigation. Avec plus ou moins de fluidité, les images défileront, changeront couche par couche selon les choix de l’internaute. Il y a un plaisir immense lorsqu’on réussit à enchaîner toutes les touches; l’utilisateur tisse son propre sens de l'oeuvre. Conjointement, le son et l’image deviennent des générateurs de texte et vice-versa. Accidental Motion, Cinematic Sound est l'un des rares soundtoys où la textualité a une place de choix, permettant de combiner la quête de sens en passant par une approche ludique.

 

L'oeuvre était autrefois disponible sous deux adresses: http://rockdaweb.com/wks/veejae/ ET http://soundtoys.net/toys/accidental-motion-cinematic-sound. Les liens sont désormais brisés et le site officiel de l'artiste, soit le http://rockdaweb.com/, renvoie l'internaute à une page de connexion personnelle pour accéder à une plateforme wordpress. 

 

 

Pour citer
Bordeleau, Benoit. 29 octobre 2008. « Accidental Motion – Cinematic Sound [a kind of VJ game] ». Fiche dans le Répertoire des arts et littératures hypermédiatiques du Laboratoire NT2. En ligne sur le site du Laboratoire NT2. <http://nt2.uqam.ca/fr/repertoire/accidental-motion-cinematic-sound-kind-vj-game-0>. Consulté le 16 octobre 2017.