• Pieces (navigation filmée #1)

Pieces

Auteur·e·s: 

Pieces est un hypertexte de fiction de l’artiste canadien Robert Kendall, à qui on doit également le poème cinétique Faith. L’œuvre Pieces tire son nom du dispositif de lecture mis en place par Kendall: pour parcourir l’hypertexte, l’internaute doit manipuler les pièces d’un casse-tête, chaque nouvelle pièce assemblée correctement donnant accès à un fragment du récit.

Pieces raconte la fin d’une relation: après plus de 20 ans de mariage Allen et Evelyn Lasserman semblent heureux. Allen occupe un bon emploi; leur fils aîné, Jordan, étudie la littérature à l’université; dans la quarantaine, Evelyn a une vie active partagée entre sa famille, ses amis et son jardin de fleurs… Mais malgré les apparences, Allen n’est pas heureux. Nostalgique de sa jeunesse passée à parcourir l’Europe avec Evelyn, il paie des femmes plus jeunes qu’il transforme en autant de versions idéalisées de son épouse, telle qu’il se la représentait lors de leurs premiers voyages. Les différents passages du texte sont narrés tantôt par Evelyn, la femme d’Allen; par Jordan, leur fils; et par George, un collègue de travail d’Allen.

L’interface de navigation principale présente un cadre bleu sur la gauche et un ensemble de pièces de casse-tête disposées pêle-mêle sur la droite. Sur chaque pièce se trouve l’image d’un objet lié au récit: une mallette de cuir, une bouteille de parfum, une chandelle, un chemisier, un vase, une boîte… Lorsque l’internaute place le curseur de sa souris sur une de ces pièces, un court texte contenant des indices quant au fragment de récit auquel il renvoie apparaît dans le coin supérieur gauche de l’écran. L’internaute doit saisir les pièces et les assembler une à une dans le cadre bleu pour progresser dans sa lecture. Or, comme l’internaute est libre de placer la première pièce du casse-tête là où il le désire dans le cadre, que chaque pièce ne peut s’emboîter qu’avec celle qui lui est compatible et que, une fois posée, une pièce ne peut plus être déplacée, il arrive souvent que l’internaute parvienne à un stade où il est impossible d’intégrer certaines pièces, les segments du récit leurs étant associés demeurant inaccessibles. De même, il n’y a pas d’ordre prédéterminé pour la réalisation du casse-tête, l’internaute étant libre de saisir à chaque fois la pièce de son choix. Ainsi, chaque expérience de lecture varie légèrement des précédentes. D’ailleurs, à la fin de chaque lecture, quand plus aucune pièce ne peut être placée, l’internaute est encouragé à recommencer du début en essayant des combinaisons différentes, pour découvrir d’autres aspects du récit.

La structure de l’hypertexte n’est toutefois pas gardée secrète par l’artiste. Sur la page d’accueil de Pieces, l’internaute peut en effet consulter le fichier XML contenant le programme intégral de l’œuvre, où chaque fragment de texte peut être facilement identifié et consulté. Kendall participe ainsi à une certaine entreprise de démystification de l’hypertexte en tant qu’objet technique, encourageant la production hypermédiatique en art et littérature. Le langage XML (Extensible Markup Language) est d’ailleurs d’une grande simplicité, facilement appropriable par quiconque possédant des connaissances de base en informatique.

Pieces est donc à la fois une fiction émouvante, traitant des rêves de jeunesse qu’on abandonne peu à peu en vieillissant et de la distance qui s’installe parfois entre des êtres qui pourtant se sont aimés intensément; ainsi qu’un exposé technique d’une grande clarté pour se familiariser avec certaines structures de programmation élémentaires utilisées en littérature hypermédiatique.

Pour citer
Gauthier, Joëlle. 24 janvier 2012. « Pieces ». Fiche dans le Répertoire des arts et littératures hypermédiatiques du Laboratoire NT2. En ligne sur le site du Laboratoire NT2. <http://nt2.uqam.ca/fr/repertoire/pieces>. Consulté le 20 octobre 2017.