P A T T E R N S

Patterns est une série d'animations en boucle créée par Nicolas Sassoon, sous forme de motifs abstraits qui s'inscrivent dans la continuité de l'Op Art des années 1960. La page d’accueil de l’oeuvre se présente comme une collection de 22 sphères qui offrent des variations sur le thème du jeu optique. En cliquant sur une d’entre elles, l’internaute aboutit soit à une page qui permet l’observation agrandie du motif ou à une autre série de sphères à partir de laquelle il devra effectuer un second choix afin d’accéder au mode de visionnement final. L’aboutissement de ces quelques étapes de navigation plonge l’internaute dans la contemplation hypnotique de paysages psychédéliques, qui procèdent par intensification visuelle, déplaçant incessamment le focus du regard en confondant le fond et la forme de la représentation. Même si le mode de navigation ne permet pas aux animations d’occuper la totalité de l’écran, la barre de navigation du navigateur web demeurant présente, la dualité entre le microscopique et le macroscopique des motifs, déstabilise l’œil du regardeur, qui se sent comme noyé dans la représentation, dû a un manque de repères visuels stables. Patterns abstrait les particules visuelles qui composent l’écran numérique, confrontant simultanément la perception visuelle à la bidimensionnalité de la surface de l’écran et à l’effet de profondeur de celle-ci. En intégrant du mouvement au procédé de composition du Moiré, qui consiste en la superposition de deux ou plusieurs motifs, Sassoon engendre des espaces optiques instables qui offrent une variation actualisée de la «neige» télévisuelle, mais surtout une remédiation numérique de l’art optique à travers l'abstraction du pixel art. Ainsi, comme l’affirme Filippo Lorenzin lors d’une entrevue avec l’artiste, les motifs abstraits en boucle de Sassoon s'inscrivent dans la tradition du modernisme de l’art cinétique et optique, par la manière qu’ils ont d’engendrer des effets cinétiques à l’aide d’un minimum d’informations visuelles, ainsi ancrés dans une conviction selon laquelle les objets peuvent être réduits a des motifs et formes quantifiables, tout en développant une nostalgie de l’époque où la création d’images digitales n’était pas si différente de l’artisanat. (Lorenzin, 2016) Patterns agit bel et bien en tant que catalogue dans la mesure où les paysages de pixellisation développés par Sassoon sont présentés par l’artiste dans le cadre d’installations, tel le motif Silver Rapids (2015), exposé à la galerie Burrad Art Foundation, et même de manière in situ, comme c’est le cas avec Ripples (2016), présenté sur des écrans urbains extérieurs de la ville de Vancouver dans le cadre de Platforms: Coastal City Program. La pratique in situ de l'artiste permet une déterritorialisation de Patterns, un passage de l'écran privé aux espaces publics, rendant possible l'inscription de l'art web dans une continuité de la tradition picturale abstraite comme motif du tissu urbain.     

Pour citer
Marsolais-Ricard, Charles. 6 décembre 2016. « PATTERNS, par Sassoon, Nicolas ». Fiche dans le Répertoire des arts et littératures hypermédiatiques du Laboratoire NT2. En ligne sur le site du Laboratoire NT2. <http://nt2.uqam.ca/fr/repertoire/p-t-t-e-r-n-s>. Consulté le 17 octobre 2017.