• La dérive de l'affect, Myriam Lambert, Vidéo 2

La dérive de l'affect

Créée lors d’une résidence au Laboratoire NT2, La dérive de l’affect de Myriam Lambert est une œuvre explorant l’histoire de Montréal à travers une série de documents renfermant les traces de lieux et d’événements qui ont marqué ses habitant(e)s.

Préalablement à la réalisation de son oeuvre, Lambert a déambulé dans les rues de la ville afin de questionner les passants sur les moments de l’histoire montréalaise qu'ils considèrent comme étant les plus significatifs. Elle a par la suite documenté ces différents événements par l’usage d’archives provenant des bases de données du centre d’Archives de la Ville de Montréal, des Archives nationales et du Laboratoire NT2/centre Figura: archives photographiques, documentaires de l’ONF, citations d’auteurs proposant une réflexion sur l’archive, la mémoire, etc. Ces documents sont présentés sur une carte de l’île de Montréal, le corps central de l’œuvre. En cliquant sur le «+» ou le «-» situés en haut à gauche de l’image ou encore en utilisant la roulette de la souris, l’internaute est transporté à travers le temps. Onze cartes défilent ainsi au fil des zooms, représentant le développement de la ville de 1665 à 1982 (la date apparaissant au bas de l’écran à droite pour situer l’internaute).

Les lieux ont des effets sur les individus et «régissent [leur] identité et [leur] manière de penser» comme l’exprime Lambert sur son site Web (Lambert, 2010). Le point de départ du projet est inspiré des principes de psychogéographie1 et de la dérive2 selon Guy Debord. Le Web est un lieu de psychogéographie virtuelle et un espace d’archive par excellence (Lambert, 2011). Le choix du Web comme lieu d'exposition est donc très à propos pour une oeuvre qui s'interroge sur la mémoire affective et ses traces documentaires.

On retrouve effectivement dans l’œuvre un souci de préservation de la mémoire mêlé à un travail de recherche. L’enquête de terrain faite par Lambert et la trace orale récoltée lors de ses rencontres avec les passants sont transposées en document interactif peuplé lui aussi de documents. L’œuvre de Lambert figure plusieurs actes et extraits d’une recherche étendue. Que ce soit par les extraits de textes qui semblent écrits de sa plume (l’utilisation du «je»), les citations de théoriciens tels Georges Didi-Huberman ou Jacques Derrida, les photographies numérisées ou les extraits vidéo, l’œuvre reprend la forme de la collecte de documentation préalable à une recherche. L’aspect fragmentaire rappelle toutefois la malléabilité de la mémoire: certaines images n’ont pas de légende; les extraits de texte en ont une, mais ceux-ci semblent sortis de leur contexte; les citations se retrouvent réappropriées avec des appositions de titres. Le projet se rapproche alors d’une étude sur la permanence du souvenir.

Ce qu’on retrouve dans La dérive de l’affect, ce brouillage entre œuvre originale et documents, semble tributaire du tournant de la documentation numérique. Comme l’explique Bertrand Gauget dans son texte «Sur quelques problématiques du document dans les pratiques artistiques sur Internet», le document, autrefois confiné aux salles d’archives et à l’obscurité des réserves, possède aujourd’hui des caractéristiques intrinsèques au Web, comme l’inscription dans la dimension informationnelle et technologique, la potentialité à être duplicable, modifiable (et donc instable), actualisable et déterritorialisé. (Gauget, 2010: 169-170). Selon Gauget, les dimensions de temporalité et de participation jouent un rôle déterminant dans la distinction œuvre/document. Traditionnellement,

il y a œuvre lorsqu’il y a inscription dans le temps du présent, ce qui la rend par conséquent ontologiquement active et entraîne une expérience pour le spectateur, alors qu’il y a document lorsque le contenu renvoie à un temps révolu, du passé qu’il se retrouve inactif (ou stabilisé) et qu’il dirige le comportement du spectateur vers une consultation d’archives (Gauget, 2010: 173).

À l’ère du numérique, cette distinction semble désuète. Dans le cas de La dérive de l’affect par exemple, les documents présents dans l’œuvre demandent une activation de la part du spectateur; ramené ainsi dans l’instantanéité par la technologie numérique, le document est expérimenté par le spectateur qui le consulte de manière active.

L’œuvre de Lambert permet d’explorer ces thèmes de la mémoire, de l’affect du lieu, de l’archive et du Web qui vient bouleverser ces rapports traditionnels. Il y a une absence quasi totale de linéarité, autant dans les rapports entre documents que dans la trame historique éclatée des événements. Seule la suite des cartes de Montréal demeure fidèle à une chronologie historique. L’œuvre de Lambert invite l’internaute à «dériver» à travers tous ces documents sur la carte de Montréal. L’artiste imite ainsi les actions que l’on fait chaque jour en naviguant sur le Web, en sélectionnant des bribes d’informations, de vidéos et de photos. Plusieurs auteurs et théoriciens de l’art affirment qu’il y a un réel bouleversement dans le travail de l’artiste depuis l’apparition des médias de masse et de l’entrée dans l’ère du réseau. Dans un tel contexte, «l’artiste n’est dès lors plus un fabricant de signes, mais un manipulateur de matériaux sémiotiques» (Bénichou, 2010: 22). Les textes récoltés par Lambert dans son œuvre abordent l’archive, mais ont également un propos sur le travail d’archivage de l’artiste. L’extrait de Georges Didi-Huberman par exemple situe l’utilisation des archives, réelles ou fictives, par les artistes depuis les années soixante. Il affirme que «plusieurs [de ces artistes] contribuent à produire au sein de l’art de nouvelles formes de conscience historique.» Voilà peut-être le réel projet de Lambert.

Pour citer
Tronca, Lisa et Mathieu Mundviller. 11 juin 2015 (6 février 2013). « La dérive de l'affect, par Lambert, Myriam ». Fiche dans le Répertoire des arts et littératures hypermédiatiques du Laboratoire NT2. En ligne sur le site du Laboratoire NT2. <http://nt2.uqam.ca/fr/repertoire/la-derive-de-laffect>. Consulté le 18 octobre 2017.