Sensorialités

Au-delà du visuel : son, kinesthésie, tactilité
Exposition référente: 

Art visuel et art de l’écriture, l’art hypermédiatique sollicite bien entendu la vision.  Mais il n’est pas que visuel, car il recherche à établir une relation à la fois intellectuelle et polysensorielle avec le spectateur.  Comme une diversité de langages sont mis à contribution dans la plupart des créations, (textes, images fixes ou animées, sons) nous y retrouvons donc une plasticité hétérogène sollicitant de multiples sensorialités complémentaires.  La dimension sonore par l’audition y est par exemple très présente. La tactilité et la kinesthésie, qu’on n’associe pas d’emblée à Internet, sont également mises à contribution au sein de la création hypermédiatique, loin d’être laissées pour compte dans cet univers qu’on aurait tort de considérer simplement comme un lieu de la vision. Que ce soit par la représentation d’une figure corporelle qui interpelle notre propre corporalité ou par des sollicitations directes du corps percevant, le dispositif hypermédiatique ne force aucunement l’internaute à faire abstraction de sa condition charnelle.

Pièces d'exposition associées: 
Fichier attachéTaille
abecedaire_sensorialites.pdf308.58 Ko
Vidéos sélectionnées dans le répertoire: 

Oblique (navigation filmée #1)

Visuel, sonore et kinesthésique, Oblique (/) de Gregory Fabre (2011) exploite l’effet optique et stroboscopique du graphisme animé, auquel un son insistant et répétitif est associé, faisant croître le stress et la tension au cours d’un exercice de lecture extrêmement dynamique qui en détourne en partie le contenu sémantique.

Les rapprochements (navigation filmée #1)

Les rapprochements  (2006) de Rachel Echenberg  est un appel ouvert à la sensualité qui sollicite l’impression de proximité par le toucher. Bien qu’elle soit présentée ici sous la lunette de la tactilité, cette œuvre sollicite une polysensorialité : images, sons, mouvements qui produisent divers effets de contact avec un corps qui se dérobe au regard.

Hearing Loss (navigation filmée #1)

Hearing Loss (2000) de Brad Todd s’inscrit dans le courant de l’art sonore et propose une expérience sensorielle principalement basée sur l’audition et la capacité de l’écoute sélective. Un peu à la façon d’un portrait sonore, l’œuvre propose de découvrir un univers impressionniste, plus évocateur que  descriptif.