#instapatrice

Instagram et la construction du soi dans l'oeuvre de Patrice Baillargeon
Auteur·e·s: 

Une nouvelle génération d’artistes ayant grandi avec Internet, puise leur inspiration dans le caractère omniprésent du numérique dans nos vies et de ses récentes manifestations 2.0, les réseaux sociaux.

L'une de ces plateformes qui attirent le plus l’attention des chercheurs et des artistes est l’application Instagram. Sa popularité grandissante depuis sa création, en 2010, le fait qu’elle cristallise l’air du temps dans son flux de photos et qu’elle possède ses propres codes esthétiques (les filtres) font qu’elle a inspirée nombre de travaux et d’œuvres. Nous nous intéresserons à l'artiste visuel saguenéen Patrice Baillargeon qui s'inscrit directement dans cette mouvance. Bien que ses œuvres soient principalement plastiques (sculptures, collages et installations), on reconnaît l’influence du numérique par la récupération des codes d’Instagram: les silhouettes colorées dans une posture suggérant le selfie et l’accumulation de photographies de vedettes de la pop. L’artiste assure que le numérique est «nécessaire à [son] travail», s’intéressant à l’aspect communicationnel offert par ce médium.

Le selfie est au centre de l’esthétique de Baillargeon par sa récurrence. L’artiste se met principalement en scène par l'entremise de sa silhouette découpée et multipliée, dans des poses «artsy» caricaturales ou suggérant la prise du selfie. Les œuvres de Baillargeon offrent une réflexion sur la mise en scène de soi et l’image qu’on se crée sur les médias sociaux.

L’artiste travaille à partir de photos d’icônes de la musique pop, tels Taylor Swift, Justin Bieber, Beyoncé et, surtout, Rihanna. Pour lui, Instagram et ces célébrités pop sont intrinsèquement liées:

«[Ces "icônes" de la pop se font encore plus voir. C'est un peu comme du bouche-à-oreilles. On casse l'internet! Pendant un moment, tous les réseaux sociaux se concentrent sur un geste, un problème qui devient caricaturé. Cela devient quasiment important. Un peu comme Leonardo DiCaprio. Il y a eu le moment avant d'avoir un oscar et le moment après l'avoir gagné! C'est un peu ça que tout le monde veut avoir en publiant et en partageant sur Instagram et les autres réseaux sociaux!1»

Baillargeon joue avec des références et des iconographies associées à ces artistes: la couronne s’est peu à peu imposée dans ses œuvres au moment où la promotion du nouvel album de Rihanna, Anti, est apparu sur Internet. Cette démarche peut être rapprochée du Fan art, omniprésent sur le Web. D’autre part, les techniques de production maitrisées par l’artiste démontrent une réflexion plus poussée que ce que ce que nous voyons pour le Fan art habituellement. Le fait que l’artiste expose dans des galeries saguenéennes et au Symposium du CNE (Centre national d'exposition) montre que cette esthétique du fan commence à avoir sa place dans le milieu de l'art. 

Finalement, nous pouvons retrouver dans ses sculptures imitant les rebords pixélisés des jeux vidéo 8-bits, typiques des années 1980, une manifestation nostalgique. En effet, l’esthétique numérique actuelle est teintée de ce sursaut vers les débuts du numérique, paradoxale car s’incarnant sur des médias numériques très actuels. De plus, l’artiste est lui-même trop jeune pour avoir connu cette ère, faisant partie de la génération ayant grandi en parallèle au Web. La coexistence à la fois des signes d’une technologie caduque et de sujets hypercontemporains trouve un écho avec une nostalgie très présente sur Internet qui est exprimée, entre autres, par les filtres Instagram.

Le travail de Patrice Baillargeon s'inscrit dans la mouvance de l'esthétique Post-Internet et l’édification du selfie au rang d’expression artistique valable, cheval de bataille d’une nouvelle génération d’artistes influençant le monde de l’art. Baillargeon et son œuvre témoignent ainsi d’une tentative de saisir dans l’instantanéité le présent numérique, d’archiver le présent.

Patrice Baillargeon a gradué en 2016 au baccalauréat en Enseignement des arts, à l’Université du Québec à Chicoutimi. Il a  exposé à la galerie L’Œuvre de l’autre et au Symposium du CNE à Jonquière. Il va continuer à développer son esthétique à la maîtrise en Art, cet automne. Nous pouvons suivre son travail via son compte Instagram @instapatrice.

Photos: Page Instagram de l'artiste.

Pour citer
Tremblay, Alexandra. 06 juin 2016. « #instapatrice: Instragram et la construction du soi dans l'oeuvre de Patrice Baillargeon ». Dans les Délinéaires du Laboratoire NT2. En ligne sur le site du Laboratoire NT2. <http://nt2.uqam.ca/fr/delineaires/instapatrice>. Consulté le 17 octobre 2017.